L'orge est un grain de céréale issu des graminées annuelles Hordeum vulgare. Le grain d'orge est très dur. Il est donc nécessaire de l'écraser, le rouler ou le cuire avant de le donner à manger. L'orge est le principal grain utilisé dans l'industrie brassicole, et les grains séchés des brasseurs sont souvent intégrés à l'alimentation des animaux.

Description :

L'orge est un grain de céréale issu des graminées annuelles Hordeum vulgare. Le grain d'orge est très dur. Il est donc nécessaire de l'écraser, le rouler ou le cuire avant de le donner à manger. L'orge est le principal grain utilisé dans l'industrie brassicole, et les grains séchés des brasseurs sont souvent intégrés à l'alimentation des animaux.

Propriétés :

L'orge fournit davantage d'énergie digestible et de nutriments disponibles complets que l'avoine, mais un peu moins que le maïs. Sa teneur en protéines brutes, amidon et lysine se situe entre l'avoine et le maïs. De plus, il présente un ratio phosphore/calcium médiocre (le maïs et l'avoine n'obtiennent pas de bons résultats non plus en la matière, mais l'orge est le pire des trois). Toutes les céréales nécessitent un certain équilibre, puisque leur apport supplémentaire en phosphore réduit la capacité à absorber le calcium. En outre, l'orge manque de vitamines A et D. Comme de nombreuses céréales, il ne possède tout simplement pas le volume apporté par une alimentation en fourrage, pourtant essentiel au bon fonctionnement de l'appareil digestif des chevaux. L'orge est moins riche en fibres que l'avoine et est classé comme aliment « lourd ». Par conséquent, il convient de le mélanger à des aliments plus volumineux comme la pulpe de betterave sucrière, du foin haché ou du son de blé, des balles de luzerne, ou même des rouleaux d'avoine, tout en s’assurant que l'aliment plus volumineux en contienne bien 15 à 25 % dans le mélange. Les grains d'orge séchés des brasseurs ont tendance à être plus riches en protéines et en fibres, mais moins en amidon que les céréales complètes. La digestibilité dans l'iléon (= 3ème et dernière partie de l'intestin grêle) de l'orge est d'environ 21 %, par rapport à 85 % pour l'avoine. Par ailleurs, la digestion de l'amidon d'orge dans l'intestin grêle est moins bonne que celle de l'amidon d'avoine. Par conséquent, une plus grande quantité d'amidon d'orge passe par l'intestin pré-oral pour finir dans l'intestin postérieur, ce qui peut augmenter le risque de coliques ou de fourbure. Enfin, certains chevaux n'aiment pas le goût de l'orge. Celui-ci est généralement plus agréable cuisiné ou accompagné de molasse.

Utilisations possibles :

L'orge est considérée comme un bon aliment pour remettre les chevaux en état, mais ce n'est certainement pas un aliment idéal non plus. Il est moins probable qu'il provoque un comportement d'excitation que l'avoine, c'est pourquoi il arrive que les propriétaires préfèrent l'orge. Quoi qu'il en soit, ce n'est absolument pas un aliment complet, il doit donc être mélangé avec des aliments complémentaires pour une alimentation équilibrée.

PRODUITS AVEC CET INGREDIENT

Aliment complémentaire sous forme de granulé destiné à...

Aliment complémentaire diététique sous forme de...

Aliment complémentaire contenant CHRYSANTHELLUM...